Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2015

Régionales IDF : le Front de Gauche voit son programme comme un "bouclier"

plfront-de-gauche.jpg

Le Front de gauche a présenté lundi 2 novembre, son programme comme un "bouclier" social et écologique pour les élections régionales en Ile-de-France, revendiquant son rôle "d'opposition de gauche".

Dans cette perspective, le Front de gauche propose un passe Navigo gratuit pour les jeunes et les chômeurs et à tarif unique (35€) pour les seniors. Il promet de doubler le nombre de RER B avec l’achat de 800 rames et d’augmenter de 20% le nombre de bus d’ici à 2020. Il veut, de plus, mettre en place des « arrêts à la demande » dans les zones rurales et pour les bus de nuit.

5 000 chauffeurs de bus supplémentaires

Autre mesure phare : la promesse de 10 000 embauches, dont 5000 chauffeurs, 2000 chargés de maintenance et de 3000 personnes pour « humaniser les lignes ». Objectif, explique-t-on au Front de gauche : augmenter le nombre de personnel présent dans le métro ou dans les bus de nuit, notamment pour sécuriser les lignes. « On n’améliorera pas la vie des Franciliens, si on n’améliore pas les transports », plaide Pierre Laurent, par ailleurs certain qu’il s’agit-là « d’un facteur de développement économique ».

De manière générale, le chef de file du Front de gauche en Île-de-France promet un projet estampillé « haute qualité de service public ». « Le temps n’est pas à freiner les politiques publiques, il faut au contraire les accélérer », défend-il. Une ambition qu’il compte financer par une réorientation de la fiscalité (il propose notamment une augmentation de la taxe sur les logements vacants) et par « la création d’un fonds régional qui permette de faire du crédit moins cher ». « Nos propositions nécessitent de remettre en cause les mesures budgétaires qui contraignent les collectivités locales », reconnaît-il par ailleurs.

Construction et logement

Autre grande priorité du Front de Gauche, la relance de la construction avec un objectif de 100 000 logements par an dont la moitié en logements sociaux. Par densification urbaine, précise le programme. Le Front de Gauche veut aussi "changer d'échelle" pour la rénovation thermique, trop lente à ses yeux avec seulement 500 à 1000 logements rénovés par an. Tout ceci devrait, espère le mouvement, permettre la création de 150 000 nouveaux emplois non délocalisables.

Côté financement de ses promesses, le Front de gauche veut "'attaquer l'État en justice car il doit à la Région 1,7 milliard d'euros non compensés pour les transferts de compétences". Il compte aussi recourir à l'emprunt et veut se battre (auprès du Parlement et du gouvernement) pour obtenir la hausse ou  la création de diverses taxes sur les bureaux ou logements vacants, sur les parkings de centres commerciaux etc...

"Nous sommes la liste qui peut garantir une vraie politique de gauche", a assuré Pierre Laurent, insistant sur les "mots clé" du programme "égalité, écologie, dignité, citoyenneté".

Sources : Le Parisien, FR3

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

19:35 Publié dans Front de Gauche, Programme | Tags : élections, front de gauche, ile de frnace | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

23/10/2014

ANDRE CHASSAIGNE : UN RASSEMBLEMENT DANS LA DIVERSITE !


Chassaigne : «Il est évident qu'Aubry serait... par lefigaro

15:25 Publié dans Pcf, Vidéo | Tags : andré chassaigne, rassemblement | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

08/09/2014

Face à l’offensive libérale, le Front de gauche se retrouve, décidé à passer à l’action

front de gauche,réunion

L’assemblée de rentrée du Front de gauche, samedi à Montreuil, a permis, après des mois de tensions, à ses dirigeants et militants d’échanger. Si des débats persistent, tous ont affiché leur volonté d’agir et d’étendre leur force.Après les vives tensions qui l’ont traversé avant, pendant et après les scrutins du printemps dernier, le Front de gauche a de nouveau donné à voir une photo de famille au complet, samedi, à l’occasion de son assemblée de rentrée à Montreuil (Seine- Saint-Denis).

Aux côtés de Pierre Laurent (PCF) qui avait confirmé sa présence dès la fin août, Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), après avoir fait planer le doute, y a finalement participé.

Le constat sur la gravité de la situation – entre remaniement libéral et président en déroute – partagé (voir ci-contre), chacun a acté que la « relance » du Front de gauche est une nécessité. « Nous avons encore un avenir et les moyens de le construire ! » a lancé Éric Coquerel, secrétaire national du PG, en conclusion. « Le Front de gauche s’est remis au travail et envoie un appel de remobilisation à tous les militants », a abondé le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. Les débats ne sont pas tous tranchés, loin s’en faut. Les perspectives d’actions restent en discussion. De son côté, le Parti de gauche propose un « mouvement pour fédérer le peuple » autour de la « VIe République » pour lequel Jean-Luc Mélenchon s’est rendu disponible. Dans la semaine, un réseau social et un appel d’intellectuels et d’artistes devraient être lancés.

L’ex-coprésident du PG a assuré, samedi, ne pas prendre ses distances avec le Front de gauche mais au contraire « porter ses idées » avec cette initiative. « Le Front de gauche est une composante idéologique et militante essentielle » de ce mouvement, a-t-il ajouté. Pour ses partenaires, pas question de se cantonner à ce seul sujet. « J’appelle à engager des campagnes de ripostes et d’actions qui construiront les conditions du rassemblement », a déclaré Pierre Laurent, en marge de la rencontre. Travail du dimanche, seuils sociaux, utilisation du CICE, réforme territoriale… « Il s’agit de stopper Valls sur des points précis, tout en redonnant espoir », résume Olivier Dartigolles. « Je suis d’accord », répond Jean-Luc Mélenchon interrogé sur la nécessité de conduire de telles batailles pour répondre à l’urgence sociale.

Accords et désaccords : le rassemblement en question

Autre question en suspens, le rassemblement de la gauche. Si le PCF estime qu’il faut « créer dès maintenant les conditions de l’alternative en rassemblant les Français et les forces politiques qui ne se reconnaissent plus dans la politique gouvernementale », insiste Pierre Laurent, le PG juge nécessaire de se tenir à distance du PS pour ne pas y être assimilé. « Nous ne sommes pas d’accord sur l’idée de rassembler la gauche, a expliqué Éric Coquerel, car pour les gens, la gauche va jusqu’à Valls et Hollande. » L’analyse ne fait cependant pas l’unanimité. Christian Picquet, porteparole de la Gauche unitaire, qui propose la tenue d’assises de la gauche, a fait part de son désaccord sur « l’idée que le clivage gauche-droite serait obsolète », ou encore que « discuter avec les écologistes, les socialistes serait une perte de temps ».

Ensemble, selon Clémentine Autain, souhaite, pour sa part, « tendre la main à tous », tout en marquant clairement la distance avec la politique de l’exécutif. Les uns et les autres s’accordent cependant sur le fait « qu’il faut viser plus large que le Front de gauche », rapporte Éric Coquerel. « Ces débats ne doivent pas nous empêcher d’avancer, la nécessité de repasser à l’action fait consensus », note Pierre Laurent. La journée de samedi se voulait une première étape appelée à se poursuivre parmi les militants et devrait donner lieu à un prochain rendez-vous du même type, courant novembre.

Déclaration commune du Front de gauche. La coordination nationale du Front de gauche a rendu publique, samedi, à l’issue de l’assemblée de rentrée 
du mouvement, une déclaration qui appelle à la « constitution d’un très large front de résistance pour mettre en échec 
la politique du gouvernement ». « Au plan politique, 
le Front de gauche souhaite prendre les initiatives nécessaires à la convergence de celles et ceux qui veulent contribuer 
à un rassemblement majoritaire permettant de porter 
une alternative aux choix du pouvoir actuel », poursuit-elle, après avoir établi le diagnostic d’une « ligne suicidaire 
pour le pays et pour la gauche clairement assumée 
par François Hollande et Manuel Valls, mais aussi par 
le premier secrétaire du PS ».

- See more at: http://www.humanite.fr/face-loffensive-liberale-le-front-...

18:35 Publié dans Evènement, Front de Gauche, Parti de Gauche, Pcf | Tags : front de gauche, réunion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |